Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 15:23

Situé à 20 km de Colombes, en lisière de la forêt de Marly, un jardin mystérieurx et fascinant, le Désert de Retz, créé au XVIIIe par un illusionniste de génie, n'a plus de secret depuis samedi dernier pour 15 adhérents de l'Association du Centre Nature !

 

Retz 3923

Notre guide, conseiller municipal de Chambourcy, devant les ruines fabriquées de la colonne détruite, surprenante demeure de François Racine de Monville, de 15m de diamètre.


Retz 3901

Cette colonne dite détruite parce qu'elle est interrompue, mais tout à fait à dessein, par un contour ruiniforme, agrémenté de fissures qui plongent bas vers des fenêtres ovales.

 

Retz 3954

Devant les colonnes baguées sur lesquelles reposait le fronton du Temple du Repos.

 

Retz 3893

Mais où est passée la Maison Chinoise qui traduisait l'admiration vouée à l'empire du Milieu, symbole d'exotsime et d'étrangeté ?


2012-04-28 Désert de Retz 007

Pas de panique !  Le Temple au Dieu Pan est la première fabrique construite.

  

2012-04-28 Désert de Retz 002

Il pleut, il mouille, c'est la fête à la grenouille !


Retz 3896

Le mur de scène du Théâtre découvert


Retz 3959

La Tente Tartare, à la couverture en tôle peinte, évoque des contrées lointaines et inexplorées ...


Retz 3935

La Pyramide servait de glacière.


Retz 3912

Les ruines de la Laiterie

 

 

Retz 3916

On n'est pas trop mal sous les parapluies !

 

Retz 3942

Les ruines de la Chapelle Gothique (XIIIème siècle) illustre l'échec estimé de l'Eglise catholique dépassée par la modernité de la pensée du Siècle des Lumières.

 

Retz 3921

Retz 3948

Des adhérents dans le parc.

 

Retz 3951

Un potager et un verger de de 3000 m2

 

Retz 3956

Il pleut toujours !

 

tilleul marcotant 2012-04-28 Désert de Retz 010

Le tilleul marcottant


L’écrivain Julien Cendres déborde d’émotion. En septembre 2009, au pied levé, Frédéric Mitterrand, s’est rendu au Désert de Retz, pour saluer la restauration du bois qui l’enserre, en bordure de la forêt de Marly. Pour l’écrivain, c’est une consécration. Parce qu’il s’y promenait enfant, il a fait de sa résurrection un long combat personnel. Il n’y habite pas, mais le Désert l’habite. Quand il ne se trouve pas dans les collines du Perche à écrire, Julien Cendres fait un saut au Désert, où il se sent chez lui, dans ce rêve de pierres d’un autre temps.

Ce parc a toujours été un mythe pour les amoureux du patrimoine. Peu ont eu la chance de le voir. Les plus insolents parmi nous, dédaignant les panneaux prohibitifs posés par des propriétaires renfrognés, se sont affronté aux ronces et aux orties, quand ils n’étaient pas coursés par les vaches. Un temps, des chiens menaçants se montraient plus efficaces.

François Mitterrand a fait l’école buissonnière de manière plus originale. Survolant le Désert de Retz par hasard en hélicoptère avec Jack Lang, il s’y est posé à l’improviste. Un peu plus tôt, lors d’un dîner, Régine Deforges lui avait parlé de la passion entretenue par Julien Cendres pour cette curiosité. Fasciné sur le champ, le Président ordonna de débloquer des fonds sur les grands travaux pour un premier sauvetage. Et offrit deux jours plus tard à Julien Cendres d’écrire une préface pour le livre qu’il préparait.

Le nouveau ministre de la Culture non plus n’avait jamais vu le domaine. Mais, il y a douze ans, à la parution de l’ouvrage, Frédéric Mitterrand avait convié l’auteur pour en parler une heure à son émission du samedi sur Europe 1. Le livre est remarquable. Julien Cendres a mis vingt ans à collecter de la documentation. Il était tellement plongé dans son sujet qu’il peinait à écrire. Pour trouver la distance nécessaire, il dut se trouver un partenaire, en la personne de Chloé Radiguet, sa nièce.

Golf ou crashs-tests

Le Désert de Retz est considéré comme le plus beau «jardin anglo-chinois» du XVIIIe siècle, réputé pour ses «fabriques» ou «folies», autrement dit ses pavillons de fantaisie, qui étaient à la mode dans toute l’Europe, jusqu’à Saint-Pétersbourg, où Catherine la Grande en édifiait dans son château. Longtemps, il est resté propriété privée en déshérence. Ceint de murs. Invisible. On voyait les sous-bois en friche, on devinait les bâtiments envahis, effondrés. Certains avaient entendu parler du passage d’une autoroute, de mutation d’une partie du domaine en terrain de golf, de non-respect des permis de construire, d’un circuit automobile de crashs-tests, de rachat pour un franc symbolique, sur fond de désintérêt des élus locaux, de subventions publiques et de restaurations inachevées.

Si, aujourd’hui, le domaine sort de ce naufrage, on le doit à l’opiniâtreté d’une association historique locale et de sympathisants comme Julien Cendres, qui n’ont jamais baissé les bras, jusqu’à recevoir l’appui décisif de l’actuel député-maire de Chambourcy, Pierre Morange. Il y a deux ans, après un long bras de fer avec les propriétaires, la commune a pu acheter le Désert de Retz pour un euro symbolique, avant d’en reprendre la réhabilitation. Cet automne, il a été rouvert à des visites ponctuelles. Les vingt hectares de bois, qui étaient devenus une vraie jungle, ont été nettoyés. La restauration en est à mi-parcours, et il faudra encore une mobilisation financière importante, mais il est déjà très émouvant de pouvoir se promener dans les frondaisons. Surtout avec Julien Cendres.

Cavalier et cavaleur

Les surréalistes et les situationnistes ont tenu conclave en ces bois magiques. Ce nom poétique est tout simple. «Retz», c’est le lieu-dit, un mot dévié de roi : la forêt de Marly, où les souverains aimaient poursuivre un gibier abondant, était par excellence chasse royale. Le «désert», c’est tout simplement un lieu de retraite. On appelle ainsi la large circonférence qui protège et alimente les monastères retirés dans l’isolement et le silence. Au XVIIIe siècle, il est devenu aussi ce que l’Encyclopédie définissait comme «un lieu propice à cultiver le rêve et la nostalgie».

Exactement ce que fabriqua, sous le règne de Louis XVI, un «illusionniste de génie», selon les mots de Julien Cendres. François Racine de Monville était de ces brillants esprits des Lumières, aux qualités sans nombre. Imbattable au jeu de paume (le tennis de l’époque), tirant à l’arc «mieux qu’un sauvage», rivalisant au pistolet avec le duc de Nassau et Louis-Philippe d’Orléans, il brillait à la cour de Versailles, proche. Danseur et cavalier, cavaleur aussi, il passa à travers la Terreur et vécut jusqu’en 1797. Architecte, il a lui-même dessiné les plans de ses temples factices, comme il l’avait fait pour ses deux hôtels particuliers à Paris.

En 1774, dès qu’il prend pied sur le terrain «à six lieues de Paris», où il finira par se retirer, le nouveau seigneur dessine 47 plans de pavillon. Il en réalisera 21. Il en subsiste 11 (certains emportés par une bretelle d’autoroute). Le premier à voir le jour est le Temple au dieu Pan. Suivent la Maison chinoise, le Temple du Repos, une serre, un obélisque (en tôle peinte), un treillage «en architecture arrangée», une pyramide. Il creuse des rivières et étangs artificiels. Sur la feuille de la commande des arbres qu’il passe aux pépinières royales, le magasinier écrit : «Cet homme est fou, il ne doute de rien.» Il plante 4 050 peupliers d’Italie, marronniers d’Inde, sorbiers des oiseaux, cornouillers à bois rouge, sumacs et sureaux du Canada.

Tuyaux porte-voix

François Racine adjoint une ancienne chapelle, qu’il laisse délibérément en ruine. Ainsi, le vrai et le faux se poursuivent-ils dans un jeu de miroirs sans fin. Sur le modèle présenté en 1782 à l’Académie des sciences par Dom Gauthey, il envisage d’installer des tuyaux métalliques portant la voix jusqu’à ses ouvriers à Saint-Nom-la-Bretèche. Il installe des réseaux hydrauliques, qui, encore aujourd’hui, conduisent l’eau du plateau vers la commune.

Sous l’Ancien Régime, le visiteur devait être impressionné dès son arrivée en calèche par une porte aujourd’hui fermée, ouvrant sur une fausse grotte, éclairée par deux torchères en plomb en forme de satyre. La Maison chinoise, qui était décorée de laques, d’objets en jade et de vases de porphyre, a été construite en teck importé d’Inde.

La bibliothèque avait été installée à l’étage. La pyramide servait de glacière. Dans celles qui existent toujours à Versailles, on pouvait conserver la glace, prise dans la paille, près de trois ans pour servir des sorbets à la cour. Un Tombeau voisinait avec une Laiterie arrangée. Rien n’échappait au concepteur de cette cosmogonie. Les vaches étaient blanches, pour s’associer à la porcelaine du service, et faire valoir le vert du pâturage.

La réalisation la plus importante est une tour de 44 pieds de diamètre, dans laquelle s’installa le maître. Les traces de l’impact de la foudre ont été gravées en zigzag sur cette fausse ruine, que peupliers et mélèzes semblent regarder d’un air un peu effrayé. Cas unique à notre connaissance de la transformation d’un de ces pavillons de fantaisie en résidence principale. Habituellement, on y recevait les amis, on lisait, on écoutait de la musique, on jouait aux cartes, on mangeait des fruits, et, bien sûr, on sacrifiait à tous les cultes dévolus aux dieux de l’amour. Livres et intérieurs ont été pillés, ou dispersés dans les ventes révolutionnaires, mobilier en acajou, statues de bronze, peintures des ruines romaines par Hubert Robert ou Van Loo.

Symbolique maçonnique

Il faut cependant, dans cette déambulation, lire plus avant. Il y avait un propos dans cette fantaisie. «La tour, si elle n’était pas "brisée", aurait atteint cent vingt mètres de haut. On est loin du jeu d’ornement», commente Julien Cendres. Elle sert de commentaire philosophique au programme du domaine. Elle est la tour de Babel, dans laquelle se croisaient toutes les cultures du monde, et que Dieu détruisit pour sa démesure. Elle est la Raison rivalisant avec l’Etre suprême.

Julien Cendres retrouve ainsi dans le parcours une leçon initiatique très ordonnée, conforme à la symbolique maçonnique. François Racine était plongé dans ce milieu, et participait à des réunions avec le duc d’Orléans, qui était le premier grand maître du Grand Orient de France, et Choderlos de Laclos, l’auteur des Liaisons dangereuses.

Le Rocher de l’entrée, figure platonicienne, organise le passage du chaos au monde de la connaissance. L’Esprit universel chemine à travers les civilisations (la colonne grecque, le temple romain, la tente nomade, la pagode chinoise.) aboutissant à la forme parfaite de la pyramide, sur le haut de la colline, abritant la pureté de la glace. En contrepoint, il n’est peut-être pas innocent que la chapelle, rebaptisée Eglise gothique, ait été abandonnée en ruine, en bas du vallon. Cette quête de l’étrange est inséparable du goût du savoir, et de l’insatiable liberté qui l’accompagne, et qu’il nous est permis de redécouvrir sous l’émerveillement des sens.

 

(c) Libération.fr

Partager cet article

Repost0

commentaires

Nicole Le Prévost 01/05/2012 09:49


Beau travail Christian!

Présentation

  • : Le Blog de l'Association du Centre Nature de Colombes
  • : Les sorties et activités de l'Association du Centre Nature de Colombes
  • Contact

Programme de sorties et activités 2019 téléchargeable ici 

Adhésions 2019 :  individuelle : 20 €  famille : 30 €  de soutien : 35 €  bienfaiteur : 50 €

Etudiants, Chômeurs, Rsaistes : gratuite  

 

 

Recherche

2 structures au Centre Nature

Deux structures au Centre Nature :

16, rue Solférino

92700 Colombes

SNCF : Depuis Saint-Lazare, Direction Ermont-Eaubonne, Arrêt Gare du Stade

RATP : Bus 235 & 366, Arrêt Gare du Stade

___________________________________________


Partie associative : activités au sein du Centre Nature et sorties naturalistes, selon programme.

Samedi et Dimanche 14h30-17h30selon programme.

Association du Centre Nature : Christian, Alain, Sylvie, Marie-Pascale, Sonia et Nelly, et tous les animateurs : Alain (2), Bruno, Christian, Françoise, Gérard, Margaret, Marie-Pascale, Michel, Nicole, Sabrina, Thibaut, ...
Tél : 06 49 52 14 70 (24h/24 !)
WEB: http://centrenature.fr

E-mail: association.centrenature@gmail.com
Programme activités et sorties 2017 de l'Association du Centre Nature à télécharger (cliquer sur l'image) :

 

       

 

Partie municipale :

Du lundi au vendredi : 9h-12h30 et 13h30-18h

Samedi : 15h si animation

Tél. : 01 47 80 35 87

Le Centre Nature est un outil pédagogique pour les enfants des écoles qui étudient "la grenouille", "les abeilles", "les saisons", "le potager bio", "le développement durable" et pour tous avec des rallyes-découvertes et des ateliers saisonniers et artisanaux

Les gestionnaires-animateurs : Sylvie, Agnieszka et Salim.

Tél : 01 47 80 35 87

Télécharger le programme Printemps-Eté 2016 du Centre Nature  (cliquer sur l'image) :

WEB : https://www.colombes.fr/espaces-verts/coulee-verte-centre-nature-et-refuge-des-iles-marantes-1025.html

E-mail : centrenature@mairie-colombes.fr

Catégories

Saison 2017

 

 Télécharger icle Programme

Complet d'Activités et de Sorties pour 2017

 

Télécharger ici le Programme

Complet d'Activités et de Sorties pour 2016

 

Télécharger ici le Bulletin d'Adhésion pour 2016 

Télécharger ici la plaquette-historique "Du Jardin Botanique au Centre Nature de Colombes"

 

Pour info : Télécharger ici le Programme

Complet d'Activités et de Sorties pour 2015

 

Pour info : Télécharger ici le Programme

Complet d'Activités et de Sorties pour 2014

 

Pour info : Télécharger ici le Programme

Complet d'Activités et de Sorties pour 2013

 

Pour info : Télécharger ici le Programme

Complet d'Activités et de Sorties pour 2012

 

Pour info : Télécharger ici le Programme

Complet d'Activités et de Sorties pour 2011

 

Pour info : Télécharger ici le Programme

Complet d'Activités et de Sorties pour 2010

 

Pour info : Télécharger ici le Programme

Complet d'Activités et de Sorties pour 2009